UNE PAGE FOLLE DE TEINOSUKE KINUGASA
JAPON – 1926 – 60 MIN. – N/B
Avec Masao Inoue, Yoshie Nakagawa, Ayako Iijima

Le film se déroule dans un asile et raconte l’histoire du concierge, un ancien marin dont la femme est l’un des patients. Un jour, leur fille se présente à l’asile pour annoncer ses fiançailles à sa mère. Cela déclenche un certain nombre d’intrigues secondaires et de retours en arrière qui font découvrir l’histoire de la famille

À travers cette histoire, Kinugasa met en scène l’univers carcéral qu’il dénonce à travers les gestuelles expressionnistes des aliénés (notamment la chorégraphie avant-gardiste de la jeune femme), dans un efficace jeu de lumière.

Perdu pendant 45 ans, le film a été redécouvert par son auteur en 1970. Il est un témoignage précieux du travail de création mené par un groupe d’artistes d’avant-garde japonais, connu sous le nom de Shinkankaku-ha (ou « École des nouvelles perceptions ») dont était issu Yasunuri Kawabata futur lauréat du prix Nobel de littérature en 1968. Depuis sa redécouverte, il est considéré dans le monde entier comme un chef-d’œuvre absolu, en raison de son caractère novateur et de l’extraordinaire liberté qui a présidé à son tournage.

ENSEMBLE POLYCHRONIES
(FLÛTES, PERCUSSIONS, RÉCITANT)

Créé en 1998 Polychronies est un ensemble à géométrie variable bâti autour de la percussion, dédié à la création et au répertoire contemporain. Son engagement s’incarne par la commande d’œuvres mais également par la recherche de collaborations développant une transversalité des expressions artistiques.

Pour ce projet de ciné-concert, l’intention première est d’être au plus près des conditions dans lesquelles il a été créé en 1926. C’est pourquoi Polychronies a sollicité la compositrice japonaise, Kazuko Narita, pour définir la trame du commentaire musical, qui laissera place à une improvisation contrôlée. Les musiciens, présents au pied de l’écran, jouent des percussions et de la flûte et un benshi (narrateur) officiera à leurs côtés, tel qu’à l’époque au Japon. Cette présence semble d’autant plus évidente que le film ne contient pas d’intertitres.

Musique : Kazuko Narita, compositrice

Ensemble Polychronies,

Florent Fabre, directeur musical, percussions

Bernard Bollinger, percussions

Marie-Sophie Perez, flûte

Récitant (benshi) : Cyril Coppini

Conception : Jacques Keriguy

www.polychronies.com

Tarifs : 14€ / 10€